Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Bienvenue






Sur ce blog, j'ai eu envie
de vous
faire découvrir
un petit
peu la REUNION.
Je suis
certaine que vous
la connaissez déjà mais
vu que c'est le pays
dont je suis
originaire, c'est donc
normal
que j'en
parle un peu ^_^
je suis en métropole.
Je n'ai pas la chance
comme certains
de vivre la-bas,
mais ce pays,
je le connais bien.
Cela dit entendons

nous bien,
mon but n'est pas
de faire un site
sur cette île mais
uniquement un espace lui
étant consacré
(sans prétention aucune).
Les informations que
vous y trouverez
sont donc assez
succintes
mais je pense suffisamment
explicites pour
vous donner envie
de faire
un tour sur mon île...
et en plus
en photos !

PS: Reunionpassion
est présent sur la
toile depuis fin 2005.

*Bonne visite!*



Livre d'Or:







 Et le Forum du blog :





Sites généralistes:












iledelareunion.net

LogoSaveur01.jpg
  



       
18 avril 2009 6 18 /04 /avril /2009 10:55
 
Petit diapo illustrant la piscine de mer qui se trouve dans la commune de Manapany les Bains (Sud Sauvage de la Reunion)...vous la verrez sous différents angles et lumières...photos piochées essentiellement sur la toile me semble t-il..

 

Partager cet article

Published by Audrey - dans Mer et plages
commenter cet article
14 mars 2009 6 14 /03 /mars /2009 17:13

Si vous avez visité le Cirque de Cilaos vous avez certainement gouté au vin qui y est cultivé et produit…si ce n’est pas le cas, empressez-vous de le faire et de ramener dans vos valises une petite bouteille ^^




Les Origines et le Chai de Cilaos


Introduite dans l'île dès 1665 par les premiers colons, la vigne ne fut longtemps plantée que dans les régions de Saint-Paul et Saint-Denis. Elle finit par gagner les Hauts au milieu du XIXe siècle à la faveur de leur peuplement par les petits Blancs.

L'attaque de phylloxéra qui frappe le vignoble métropolitain en 1868 amène les autorités locales à interdire l'introduction sur place des cépages nobles, sensibles à la maladie.

Aussi, le vin de Cilaos n'a longtemps été qu'un apéritif fabriqué artisanalement à partir d'un cépage médiocre introduit dans la commune vers 1860 et jamais remplacé par la suite, l'isabelle. Vendu en bord de route ou dans les petites épiceries,

il avait la réputation de rendre fou.

En 1975, ce cépage est finalement interdit et l'organisme qui est aujourd'hui le CIRAD prend l'initiative d'une introduction de meilleurs cépages. Bientôt, le vin de Cilaos gagne en qualité et évoque de moins en moins le sherry ou le porto.

La coopérative du Chai de Cilaos est créée en 1992, date de la plantation des premiers cépages nobles dans le cirque. La première vendange est celle du chenin en 1996. On en tire alors un vin blanc sec ou moelleux. Le premier vin rouge produit à Cilaos ne l'est qu'en 1998

à partir d'un mélange de pinot noir et de malbec.


Cilaos, de part sa situation géographique, son altitude comprise entre 800 et 1000m., ses sols volcaniques, et son climat chaud et humide de décembre à mars, et frais et sec d'avril à novembre, en font un terroir unique.


Les vendanges se font en janvier et février.

Un élevage de 6 mois à 1 an procure l'harmonie entre le friand des arômes et le fondu des tanins.
Les vins sont mis alors en bouteille et sont mis en chais pendant 2 à 3 ans.




Il existe trois variétés de vin :


Vin rouge: 80% de malbec, 20% de pinot noir

Couleur : grenat profond à reflets noirs
Nez : arôme de fruits rouges soutenus par des notes d'épices et de vanille
Bouche : très présent par sa charpente de tanins à grains fins
Caractéristique : vin corsé type d'une légère saveur acide et dont la rondeur apparaîtra au vieillissement.

   

Vin blanc sec :100% de chenin

Couleur : limpide et brillante, jaune serein à reflets verts
Nez : très dense fait de fruits blancs et de fleurs printanières
Bouche : rond, fruité avec en final une note acidulée typique du cépage
Caractéristique : vin riche d'expression minérale et reflétant le terroir basaltique

Vin blanc moelleux :100% chenin

Couleur : limpide et brillante, jaune paille à reflet dorés
Nez : opulent, fait de fruits exotiques et de sucre d'orge
Bouche : bien équilibré entre sa douceur sucrée et sa finale fraîche et acidulée
Caractéristique : fringance lui permettant de s'épanouir au vieillissement.


Le vin rouge du Chai de Cilaos accompagne les viandes en sauce et mieux le fameux cari bichiques( alevins).
Le blanc sec se sert bien frais (8°), idéal pour les poissons de l'Océan Indien ou le fromage de chèvre de TAKAMATA.
Le moelleux( servi à 8/10°) accompagne un foie gras et les desserts pays, gateau papate au miel, mousse de letchis.

 

 

 

Partager cet article

7 février 2009 6 07 /02 /février /2009 12:30

Aujourd'hui je vais vous parler d'un endroit où j'aimais bien me promener il y’a de ça plusieurs années, quand j'étais en vacances à st-Louis, car tout près de chez ma grand-mère.

Il s'agit de l'Etang du Gol... qui est un des étangs côtiers de La Réunion. D'une superficie de 16 hectares, il est situé au bord de la plaine du Gol, à la limite de la commune avec L'Étang-Salé.

 

L’étang du Gol n’est pas uniforme. Sa partie sud offre des berges gazonnées en pente douce, l’idéal pour le pique-nique et les amateurs de canoë. La branche nord-ouest est bordée de roseaux sur fond marécageux. L’étang est l’un des rares sites où se niche encore l’aigrette de Bourbon, oiseau indigène en voie de disparition.

Site entre terre et océan avec son plan d’eau pérenne, ses dunes et ses prairies humides ou sèches, c’est un véritable joyau de la biodiversité. Il s’agit de l’une des quelques rares zones humides de La Réunion. Une avifaune d’exception, oiseaux migrateurs et oiseaux marins, trouve sur ces 80 hectares un habitat riche et varié. “Ce milieu naturel est l’un des sites les plus représentatifs des enjeux de développement durable, où il faut composer avec la nécessité de préserver l’environnement et les enjeux de développement économique”.

 

Malheureusement,  il semblerait que l'Etang soit menacé de pollution; en effet  des centaines de poissons le ventre à l'air, se partagent le site avec les laitues d'eau et les jacinthes. L'odeur pestilentielle qui en sort en décourage plus d'un.

La préfecture avait décidé d'interdire la pêche, le ramassage et la consommation des poissons morts jusqu'au 31 janvier 2009 sur le site.

Pollution venant de l'usine sucrière ou asphyxie provoquée par les pestes végétales, l'enquête qui devait être réalisée en début d'année devra le déterminer.

 

*Voir la vidéo d'Antenne Reunion datant de fin décembre 2008 : http://www.antennereunion.fr/-Video-Info-.html?&Pollution-a-l%E2%80%99Etang-du-Gol&chapo=5257&id_document=15193



-Quelques Photos de l'endroit : -





Plage de l’étang de l’autre côté :




 

Partager cet article

5 février 2009 4 05 /02 /février /2009 12:13




Alors que mon ti pays est pré-alerte cyclonique depuis
quelques jours
(voir http://www.meteo.fr/temps/domtom/La_Reunion/#) ;
moi je souhaitais vous faire part de quelques photos d'une fleur que je trouve particulièrement jolie, bien qu'elle soit fragile, il s'agit de l'Amaryllis.

Et oui, il en pousse à la Reunion, car c'est une fleur d'origine tropicale, plus particulièrement de l'Afrique du Sud et du Mexique.
On l'appelle aussi : AMARYLLIS-BELLADONE ou
AMARYLLIS-BELLADONA
de son nom scientifique.

C'est une Plante ornementale à gros bulbe

Emblèmes:  De la belle Amaryllis : Fierté et amour volage.



Pour les passionnés, je vous invite à visiter ce site :

http://www.flore-reunion.com/frame.html

ainsi que :

http://iledelareunion.blogjardin.com/


Partager cet article

13 janvier 2009 2 13 /01 /janvier /2009 12:04
Les slides sont à la mode, d'ailleurs j'en ai déja postés quelques-uns sur le blog y'a déja pas mal de temps, hé bien je vous en propose un autre, avec 6 magnifiques photos de l'éruption de février 2007...d'autres à venir...ces photos ont été prises par l'observatoire volcanologique du Piton de la Fournaise.

Partager cet article

19 décembre 2008 5 19 /12 /décembre /2008 19:11


J
e vous laisse accompagné(e) de ces quelques jolis clichés de notre île...
Bises et amusez-vous bien, merci à tous pour vos visites tous les jours plus nombreuses.
A très vite, en 2009!






Partager cet article

1 décembre 2008 1 01 /12 /décembre /2008 18:31

Qu'est ce qu'un zoreil?

 

Zoreille (ou Zoreil) est le terme employé à la Réunion et de plus en plus dans le reste des DOM, pour désigner une personne francaise blanche venue de métropole.

 

Mais pourquoi donc le terme de "zoreil"?...

Plusieurs hypothèses ont cours sur l'île pour expliquer l'origine du mot. On l'utiliserait :

 

*Parce que les Métropolitains tendent l'oreille pour comprendre le créole, la langue parlée localement à la Réunion.

 

*Ou alors, serait-ce parce que, quand les Métropolitains débarquent sur l'île, leurs oreilles deviennent rouges du fait de la chaleur tropicale?

 

*Ou alors, historiquement serait la solution...parce qu'anciennement, lorsque les métros venaient de France métropolitaine, c'était pour espionner la population locale en laissant traîner leurs oreilles et en rendre compte à Paris...

 

Non tout cela ne tient pas....

 

 

Robert Chaudenson, dans son lexique du parler créole de la Réunion, classe le terme de "Zoreil"dans les origines douteuses.

 

Selon certains témoignages qu'il a recensés, le terme n'existait pas avant 1914. Chaudenson opte pour la traduction d'une expression malgache mena sofina ,"oreilles rouges", qui est utilisée pour désigner les européens , parce qu'ils ont les oreilles rouges.

Et voilà que ça recommence avec l'histoire des oreilles écarlates... En fait,  cela serait entré dans l'usage réunionnais lors de la première guerre mondiale quand, après la mobilisation, beaucoup de créoles furent envoyés à Madagascar.

Nombre d'officiers étaient métropolitains. Les recrues créoles ont peut-être pu se faire traduire par les soldats malgaches l'expression locale et la trouvant plaisante, l'ont introduite dans leur parler.

 

D'autant qu'en créole "faire zoreilles cochon" signifie "faire le sourd, faire mine de ne pas entendre".

Ce terme est également employé dans l'expression, très rare, « zoreil noir » qui désigne une personne originaire d'un autre département d'Outre-Mer.

 Une autre étymologie moins agréable est que le terme zoreil aurait été attribué aux chasseurs d'esclaves qui étaient payés au nombre d'esclaves enfuis (qu'on appelle aussi marrons) tués et qui rapportaient leurs oreilles comme preuve pour se faire payer.


Merci à G. et Annie


La Cheminée de Grand-Anse

Partager cet article

15 novembre 2008 6 15 /11 /novembre /2008 18:06
Aujourd'hui j'ai décidé de vous faire lire l'histoire de cette Vierge, car comme vous le savez, La Reunion est une île ou toutes les religions se côtoient en harmonie.

« Jadis, au temps des « Noirs marrons », terrible époque, vivait à l'entrée des gorges profondes de la Rivière des Pluies, proche de l'endroit où s'est élevée plus tard la jolie église de Saint-François Xavier, un jeune cafre du nom de Mario.

  Mario avait appartenu à un riche habitant de Sainte-Marie. Battu par son maître, il avait gagné ces lieux solitaires; misérable était son existence, mais lui se trouvait heureux, car il possédait un bien précieux entre tous : « la Liberté »

 

Trois ans avaient passé depuis la disparition de l'esclave. Malgré bien des recherches, bien des promesses de récompenses, jamais personne n'avait pu relever la moindre trace de ses pas. Un jour, cependant, des chasseurs du « Chaudron », égarés à la poursuite d'un lièvre, remarquèrent, là-bas, derrière un amoncellement de rochers, au fond d'une petite vallée, une fumée qui montait droite et mince dans le ciel. Ils se dirigèrent de ce côté et, par derrière les futaies, aperçurent le cafre accroupi devant un feu de « zangs zangs », sur lequel bouillait une marmite. L'un des chasseurs, ami du maître de Mario, le reconnut. D'un commun accord , il fut décidé de le cerner et de le prendre. Mais Mario avait l'ouïe fine. Au bruit des voix et des pas dans la Rivière, il dressa l'oreille, se releva, d'un coup de pied renversa la marmite sur le feu qui s'éteignit, bondit dans les rochers et disparut.

  Il était tard. Les chasseurs ignoraient si Mario était seul ou en compagnie : de plus, le lieu était d'accès difficile et ils n'étaient que trois. Dans de telles conditions, une chasse à l'homme pouvait présenter quelques dangers; ils résolurent alors de regagner le Quartier, de prévenir le maître et de revenir, cette fois suffisamment armés et en nombre.

 

Après quelques jours d'angoisses mortelles, Mario s'était rassuré; on l'avait oublié, pensait-il, ou bien on ne se souciait plus de le relancer; il avait repris ses courses habituelles et vagabondes à travers les îlets. Mario était pieux. Dans l'excavation d'un rocher qui dominait son « Boucan », il avait, déposé une petite « Sainte Vierge » en bois d'ébène, noire comme lui, qu'il fleurissait chaque jour avec amour. Un Blanc charitable et bon, alors qu'il était encore enfant, l'avait pris en pitié. Le voyant si injustement maltraité par son mauvais maître, ce Blanc l'avait baptisé, lui avait appris à prier et, un jour, lui avait donné cet objet bénit. Dans sa solitude, le sourire calme et silencieux de la Bonne Mère lui était un réconfort. Mario l'invoquait, lui contait ses peines, venait se consoler à ses pieds, et son plus grand bonheur était de fleurir sa grotte : il lui semblait alors que la Vierge lui souriait en le regardant.

 Ce soir-là, absorbé plus que d'habitude, par la confection de quelques engins de pêche qu'il devait déposer au bassin de la « Nage », le marron ne prêtait attention à rien. Pourtant, dans les sentiers de la berge, les herbes crissaient doucement, des branches craquaient, les martins effarouchés s'enfuyaient avec des cris aigus, des pierres roulaient et se heurtaient. C'étaient nos chasseurs, revenus avec des fusils et des bâtons pour traquer le malheureux comme une bête malfaisante. Un galet roula plus fort que les autres, Mario se redressa... Mais trop tard... Déjà le « Boucan » était cerné et des clameurs de victoire retentissaient. Affolé, ses pauvres jambes se dérobant sous lui, l'esclave se tourna vers sa protectrice et se jetant à ses genoux, il s'écria : « Ô Mère des pauvres Noirs, secourez moi, protégez-moi... »

  Les chasseurs allaient franchir les quelques pas qui les séparaient encore de leur victime, folle de peur et de désespoir, quand tout à coup, ô prodige... de là-haut, au-dessus de son boucan adossé au rocher, les branches d'un « bougainvillier » à bouquets de pourpre s'élancèrent, glissèrent jusqu'en bas, recouvrirent en quelques secondes toutes les parois du rocher; les rameaux épineux de la liane formèrent un tel fouillis que ni les haches, ni les sabres des chasseurs surpris et furieux ne purent en venir à bout. Plus ils coupaient, plus ils cognaient avec rage, plus les branches se resserraient, plus les fleurs éclataient en gerbes, comme un défi victorieux... Et Mario, caché là-dessous, riait et pleurait à la fois, bénissant sa petite « Mère Noire » qui l'avait sauvé...

  Des années et des années passèrent... Sous un amas de pierres et de terre, on découvrit un jour le squelette de l'ancien marron, et, au-dessus de ses restes desséchés, la petite Vierge d'ébène qui souriait toujours de son même sourire serein, de son sourire du ciel. La caverne fut déblayée et pieusement restaurée; on n'eut garde de toucher au bougainvillier miraculeux qui ne cesse de fleurir.

 

Depuis, la petite statue fut remplacée par cette autre que connaissent tous les pèlerins.

 Elle se dresse là, protectrice et consolatrice, semblant appeler à elle toutes les souffrances et intercéder pour tous les coupables. Elle prie pour tous. Elle est là, comme une invitation à la pitié pour les humbles, comme Mario, et comme une expiation des crimes et des infamies de « l'esclavage ».

  C'est à ses pieds que le bon Père Monnet, l'ardent défenseur et ami de la race noire, bâtit son église.

  Plus tard, quand l'esclavage fut enfin aboli, une femme de grand coeur et de haute piété : la Mère Marie-Magdeleine de la Croix, émue des souffrances des pauvres filles noires, fonda tout près de cette grotte bénie, la Congrégation qui les reçut. Comme elle garda et protégea Mario, la « Vierge Noire » protège et garde encore ses pauvres enfants.

  « Je suis noire, mais je suis belle... La beauté du corps n'est rien; la beauté de l'âme est tout, et, pour avoir l'âme blanche et belle, agréable à Dieu, point n'est besoin d'avoir la peau blanche : Nous sommes tous frères... »



Partager cet article

Published by Audrey(Missod) - dans Population et culture
commenter cet article
10 novembre 2008 1 10 /11 /novembre /2008 10:43
LA PLUS JEUNE PLAGE DE L'ILE DE LA REUNION ET LA PLUS JEUNE DE LA PLANETE
Née de l'éruption d'avril 2007 et apparue au sud de la coulée, à la pointe du Tremblet (280 m de longueur environ jusqu’au quai de Sel).
 De nombreuses petites criques sablonneuses existent également sur la façade de la plate-forme. Leur sable, qui contient une importante proportion d’olivine (couleur vert-doré) provient de la pulvérisation de la lave par le choc thermique à l’entrée des coulées en mer et par l’action mécanique des vagues.

Seize mois après la fin de l’éruption, la plage est toujours là, alors qu’on aurait pu la penser éphémère et disparaitre....

(Merci la muse)


Partager cet article

Published by Audrey(Missod) - dans Mer et plages
commenter cet article
6 novembre 2008 4 06 /11 /novembre /2008 10:26




Cet article ne va pas etre très original
(au moins je m'en rends compte lol)

une tite recette de bouchons ça vous dit?
Allez hop hop tous en cuisine !!







Ingrédients :
(recette sans combava)

Un sachet de pâte Won-Ton
450 g de porc haché
1 cuillère à soupe de poudre de manioc
1/4 de tasse d'eau
1 botte d'oignons verts
sel, poivre
1 oeuf pour le pliage

Mélangez la viande hachée, les oignons verts finement hachés et la poudre de manioc préalablement mélangée à l'eau. Salez et poivrez légèrement.
Badigeonnez les bords de la pâte avec de l'oeuf battu.
Joignez vos doigts de la main comme si vous teniez un tuyaux puis posez un carré de pâte sur votre main.
Déposez une cuillère à soupe de farce au milieu de la pâte won-ton puis rabattez la pâte et resserrez avec vos doigts sans la refermer complètement.
Placez les bouchons sur une planche, laissez-les à découvert au congélateur pour les faire figer, puis emballez le tout dans un sac en plastique.
Pour la cuisson, les cuire à la vapeur 15 mn environ.
Vous pouvez accompagner les bouchons avec de la sauce soja (siave), ou du piment chinois. (sauce chili avec un peu de zeste de combava rapé)


PÂTE WON-TON
(boutique chinois ou la recette)

environ 60 feuilles

Ingrédients :
500 g de farine
1 cuillère à café de sel
200 ml d'eau (3/4 de tasse)
2 oeufs battus

Préparation :
Versez la farine dans un grand bol, creusez un puits au centre, ajoutez le sel, l'eau et les oeufs
Mélangez les ingrédients et pétrissez jusqu'à obtenir une pâte homogène pendant une dizaine de minutes
Divisez cette pâte en 4 morceaux égaux.
Sur une surface légèrement farinée, roulez ces morceaux de façon à obtenir des carrés de 4 cm à 5 cm de côté, en une couche fine de 1/8 de centimètre.
Utilisez un couteau à lame tranchante pour égaliser les côtés
Durant le temps de la préparation, couvrez-les d'une serviette humide.

Partager cet article